Snuipp Espagne

Snuipp Espagne

AEFE en Danger


POSTES AEFE: la grande saignée de postes se poursuit... en attendant la mise en bière?

Le budget de l'AEFE, pourtant privée l'été dernier à la seule initiative du gouvernement Macron de 33 millions sans qu'aucune discussion soit possible, présente, on le sait, un déficit structurel dû à la prise en charge de la part patronale des pensions civiles de ses agents détachés, autre mesure imposée sans concertation aucune sous le gouvernement Sarkozy. Face à ce problème chronique, la seule réponse que trouve l'AEFE, privée progressivement de financement public, sous l'injonction de Bercy et on ne le répètera jamais assez, sur commande d'un gouvernement qui nous joue les innocents, est la suppression de postes de détachés. Ce qui a été clairement confirmé lors du dernier Conseil d'Administration de l'Agence en date du 28 juin. En réponse à une question posée par une organisation parentale sur ce point, la réponse a été "on supprime des postes!". Sic.

 

On connaît déjà les deux premiers volets du plan de suppression: 180 postes pour la rentrée 2018 (80 expatriés et 100 résidents) puis 166 postes pour la rentrée 2019 (66 expatriés et 100 résidents). Pour la rentrée 2020, après une annonce initiale d’une troisième vague de suppressions de 166 postes, l’Agence joue les prudentes et dit attendre d’avoir les éléments budgétaires suffisants pour se prononcer... Peut être une manière politiquement correcte d'évoquer la fin pure et simple du fonctionnement actuel et l'enterrement de première classe de l'AEFE telle que nous l'avons connue?  

 

Quel bilan pour l’Espagne en 2018 ?

 

Ce ne sont pas moins de 21 suppressions ou « gels » de postes de détachés qui ont été décidées pour les établissements français en Espagne au cours de cette année scolaire 2017-2018. Certaines sont déjà actées, d’autres le seront officiellement pour la rentrée 2019 mais les postes étant « gelés » dès la rentrée 2018, l’impact budgétaire sur les établissements sera immédiat. Voici le récapitulatif par établissement, primaires et secondaires confondus :

  • Alicante : 1 résident (gelé), 1 expatrié (rentrée 2019) ;
  • Barcelone : 4 résidents ;
  • Barcelone (Lesseps) : 1 résident (gelé) ;
  • Bilbao : 1 résident (gelé) ;
  • Madrid : 7 résidents (dont 1 gelé), 1 expatrié ;
  • Malaga : 1 expatrié ;
  • Valence : 3 résidents (dont 1 gelé) ;
  • Villanueva de la Cañada : 1 résident (gelé).

 

Après la première vague, la deuxième vague de suppressions est déjà engagée…

 

Le Comité technique (CT) de l’AEFE s’est réuni le 2 juillet dernier. Au menu de ce CT, entre autres thèmes, la première phase de la carte scolaire pour postes d'expatriés à la rentrée 2019. Cette année se termine sur un bilan éloquent : 135 suppressions dont 66 postes d’expatriés et 69 postes de résidents, dont les dernières ont été proposées lors de ce CT… Ces suppressions, répondant à la commande gouvernementale, seront complétées par de nouvelles suppressions décidées lors des CT de décembre 2018 puis février 2019. 

 

Il est à noter toutefois que pour les suppressions de postes de résidents ou pour ceux gelés en attendant leur plus que probable suppression aucune interruption de contrat n’a été décidée (ce qui est une bonne nouvelle), mais cela signifie donc que ces postes sont d’ores et déjà vacants donc l’impact sur les budgets des établissements sera effectif dès la rentrée 2018 ! L’Agence a également annoncé lors de ce CT que 38 autres postes vacants n’ont pu être pourvus pour cause de refus de détachements, ceux la aussi seront « gelés » à la rentrée 2018… Attention, lors des CT de novembre 2018 et février 2019, il faudra fermer plus 31 postes de résidents supplémentaires pour arriver à la commande de 100 fermetures car des fermetures de postes d’expatriés seront compensées par des ouvertures de postes de résidents dans les pays les moins attractifs.

 

Parmi les 66 suppressions de postes d'expatriés, noter que l'AEFE supprime au secondaire 58 postes d'expatriés à mission de conseiller pédagogique (EEMPC2), et fait au passage bon marché de ces collègues chargés de mission de formation, d’accompagnement et d’animation pédagogique sur le terrain (au niveau de l’établissement, du pays ou de la zone d’affection). Par ailleurs, la perte de la décharge de service de ces collègues, prise en charge initialement par l'AEFE, a aussi un impact important sur le budget de l’établissement d’affectation mais également sur l’ensemble de la zone de mutualisation (regroupement d’établissements d’une même zone géographique qui « cotisent » pour bénéficier d’action de formation continue des personnels...)

 

Ce plan de suppressions de postes 

  • affecte le budget des établissements déjà asphyxiés par la coupe claire budgétaire et souvent contraints à des économies de bouts de chandelle sur les crédits pédagogiques et les remplacements,
  • transfère encore un peu plus, et durablement, le financement du réseau sur les droits d'écolages, et donc sur l'effort financier demandé aux parents,
  • fragilise les taux d’encadrement par des titulaires de la fonction publique française, car tous ne seront pas forcément séduits par les conditions locales
  • déstabilise les actions de formations et d’accompagnement pédagogique mises en place sur le terrain.

L’annonce du maintien de la subvention de l’Agence pour 2019 annoncée avec tambours et trompettes (par certains en marche vers on ne sait où) ne suffira certainement pas et la 3e vague de suppressions de postes initialement annoncée risque bien d’être mise en oeuvre... sauf si, comme on peut le craindre, le problème se trouve résolu directement par la mise en pièces du réseau, de nos positions et statuts, proposition qui va très probablement émaner des conclusions de la mission inter-ministérielle de commande devant rendre son rapport, comme par hasard, au beau milieu de ces congés d'été...

 

PS Merci à Jean Baptiste Ribet, du SNES Espagne, pour sa collaboration et pour son retour de chiffres rapide suite au dernier CT de l'Agence...

 


10/07/2018
0 Poster un commentaire

Reportage de France 2

 

Vécue comme une provocation (on y parle de la privatisation de tous les établissements de Russie), la diffusion de ce reportage sur les lycées français de l'étranger nous rappelle le modèle que le gouvernement actuel souhaite appliquer à nos établissements. Sans réaction de notre part, la libéralisation de notre réseau semble inéluctable. Elle est d'ailleurs présentée ainsi dans la deuxième partie du reportage, totalement partisane et ne mettant en avant que les avantages de la privatisation, en soulignant le moindre coût du Lycée Churchill face à ses concurrents britanniques  et la possibilité qu'il a de recruter qui il veut! Sans être économiste, le SNUipp Espagne ne pense pas lui, que le passage au privé programmé du réseau coûtera moins cher aux parents, bien au contraire!

Pour rappel :

Une mission est en cours (inspection générale MEAE et MEN) qui doit remettre un rapport cet été sur une réforme en profondeur de l'AEFE et le doublement des effectifs dans les établissements français à l'étranger (annonce sortie du chapeau présidentiel). À la lumière des décisions et projets du gouvernement, cette précipitation risque fort d'aboutir à une privatisation de plus en plus grande du réseau et au détricotage des contrats.

Nous serons consultés par cette mission, nous défendrons l’établissement public à l’étranger, pour ses missions et comme référence pour les lycées français et leurs personnels. 

Nous ne nous faisons pas d'illusions, bien évidemment, sur la qualité de la prise en compte des positions de nos secteurs Hors de France de la part d'une mission de commande dont les conclusions sont très certainement écrites par avance, comme cela a été le cas pour les rapports antérieurs. Mais nous resterons mobilisés pour faire entendre la vraie voix des personnels, défendre les acquis et retarder au maximum la mise en pièces programmée de notre réseau.

 

 

Voir le reportage.

 


26/05/2018
0 Poster un commentaire

Journée de défense des lycées Français de l'Etranger : 29 mai 2018

À l'initiative des personnels et parents d'élèves du Lycée franco-hellénique d'Athènes, suivi du Lycée français de Madrid et de celui de Munich, cette Journée mondiale doit être l'occasion de moments d'échanges conviviaux (organisations de stands, affichages d'infos, autour de goûters, ...) pour discuter des enjeux d'une réforme de l'AEFE et de l'avenir de l'enseignement français à l'étranger. Elle doit être aussi un moment visant à effacer certaines idées reçues sur nos réalités professionnelles, statuts et positions et sur l'esprit qui nous anime actuellement...

Nous vous invitons donc à y participer voire à l'organiser localement.

 

Outils pour la journée du 29 mai 

 

Mur virtuel pour récapituler les actions menées et les lycées qui prennent part à cette journée :  framemo.org

 

Au LFM

 

Des éléments de langage pour répondre aux questions des parents.

 

Des idées de stands

 


26/05/2018
0 Poster un commentaire

Grève du 22 mai 2018

 Grève du 22 mai

 

Durant ces derniers mois, nous nous sommes fortement mobilisés contre les restrictions budgétaires et les fermetures de postes de résidents dans le réseau AEFE sans que notre voix ait été vraiment entendue. On nous annonce maintenant une réforme de l'opérateur public AEFE sans qu'aucune concertation ne soit mise en place. Les missions de l'inspection générale dépêchées par l'autorité de tutelle véhiculent déjà les pires idées reçues au sujet des fonctionnaires résidents... et nous laissent présager du pire. 

 

En France, au plus haut degré de l'état, on ose assimiler les justes revendications défendant les acquis à de l'"antipatriotisme"... Le mépris existant face à la mobilisation sociale témoigne de l'esprit ultralibéral en place au pouvoir depuis l'an dernier : la mise en pièces des services publics est en marche... 

 

C'est pourquoi, plus que jamais, il est primordial de montrer que nous sommes toujours dans l'action et qu'aucune décision ne pourra être prise sans que nous participions à son élaboration. En tant fonctionnaires, nous participons au maintien d'un service public de qualité en France comme à l'étranger qui est attaqué de toutes parts. 

 

La mobilisation du 22 mai nous concerne donc directement mais localement nous devons aussi montrer notre force pour défendre nos revendications :

  

- arrêter les mesures de restrictions budgétaires qui mettent en péril le fonctionnement des établissements.

- stopper les fermetures de postes de résidents (Lesseps, Madrid et d'autres sûrement à venir).

- obtenir les détachements pour ceux qui sont toujours en attente de réponse à leurs demandes.

 

A la MLF, 

-dénoncer la libéralisation du recrutement par la mise en place d'une formation initiale au rabais.

-Dire non à la mobilité forcée avec une limitation des contrats sans contreparties réelles.

 

 

La mobilisation a un prix mais la passivité face aux mesures à venir nous coûtera encore plus cher.

 

 

Pour rappel, ci-dessous le message du SNUIpp-FSU HDF :

 

 Mardi 22 mai : nouvelle journée de mobilisation pour défendre la Fonction publique

Neuf syndicats de fonctionnaires appellent à une troisième journée de grève pour préserver les statuts, les emplois et les salaires.

 

 Dans ses publications, le SNUipp-FSU montre bien les risques qui pèsent : "chantiers pour démolir la Fonction publique", "détricotage du statut de fonctionnaire", ...

Ces risques sont similaires à ceux qui pèsent sur l'AEFE comme Établissement public et sur ses personnels.

C'est pourquoi les syndicats HDF FSU (SNES, SNEP, SNUipp) ont déposé un préavis commun et appellent les personnels à poursuivre les mobilisations de cette année.

Nous devons faire entendre nos voix, particulièrement à l'heure où les inspections générales du MEAE et du MEN "sont chargées d’une mission d’évaluation sur l’enseignement français à l’étranger, impliquant notamment de réfléchir aux modalités du doublement des effectifs du réseau évoqué par le Président de la république". 

 

 

Nous vous invitons à télécharger ces documents pour les diffuser et les afficher.

  

NB Ces documents sont tous disponibles ici : https://www.snuipp.fr/Greve- unitaire-22-mai-2018 

  

Pour la défense de la Fonction publique,

Pour la défense de l’Établissement public AEFE et de ses missions,

 

Tous en grève le 22 mai, avec le SNUipp-FSU et l’intersyndicale Fonction publique !

 

Lire la motion des personnels grévistes du Lycée Français de Madrid :

 


15/05/2018
0 Poster un commentaire

Rencontre avec Mme Fanny Anor, Conseillère Spéciale auprès du Ministre de l'Education Nationale

En marge de la visite de M. Blanquer, Ministre de l'Education Nationale, nous avons été reçu par Mme Fanny Anor Conseillère Spéciale auprès du Ministre.

Nous avions sollicité une entrevue pour évoquer la situation des établissements français en Espagne et pour faire part de l'inquiétude des personnels.

Cet entretien fut très bref mais le contact a été pris et nous pourrons nous servir de celui-ci pour transmettre nos interrogations et nos revendications.

 

Voici le compte-rendu de cet entretien :

 


24/04/2018
0 Poster un commentaire