Snuipp Espagne

Snuipp Espagne

Réforme AEFE: la montagne a accouché, mais de quoi exactement?

D'un dragon? D'une souris?

 

La seule chose de concrète que l'on puisse tirer des annonces de la conférence ministérielle du 3 octobre, c'est que l'agrandissement du réseau d'Enseignement du Français à l'Etranger appelé à doubler son sac à élèves d'ici 2030 ne se fera pas dans un esprit de développement d'un large réseau public . Mais cela, on le savait déjà... quinze ans et plus que le SNUipp dénonce la privatisation de l'EFE. La future multiplication des établissements partenaires "homologués" sous des conditions "assouplies" en est une belle illustration. Il seront très probablement bénéficiaires des 1000 nouveaux détachements si généreusement accordés. Et des moyens. Enfin, de la bourse que l'on nous jette royalement après nous avoir fait les poches et nous les avoir coupées (les bourses)...

 

Les personnels des EGD et conventionnés vont bientôt chanter : "Mais où sont passés les millions?" Ils continueront à voir disparaître ou se déplacer les postes de résidents vers l'Amérique du Sud ou l'Afrique, sans créations supplémentaires, la politique globale étant de déshabiller Pierre pour habiller Paul, selon une recette très largement éprouvée par le passé.

 

Et on continue à faire du neuf avec du vieux, en toilettant les vieilles instances et en faisant croire aux parents, abracadabra, qu'ils vont enfin être au gouvernail du machin... Blanquer annonce comme une nouveauté le détachement ramené à 6 ans, vous allez voir ça va bouger partout, shazam, alors qu'il existe depuis septembre 2018... A moins qu'ils aient dans l'idée de l'imposer à tous, tout de suite? Tiens, elle serait là, la méchante idée... 

 

Notre secteur Hors de France nous livre une excellente analyse de situation teintée d'humour (noir) suite aux annonces du 3/10,  dans un article que nous oserons titrer d'une phrase extraite du billet signé par la brillante Clémence : 

 

Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

 

 


09/10/2019
0 Poster un commentaire

Le bilan d'une année bien compliquée: en grève le 17 juin?

Nous finissons une campagne 2019 des détachements désastreuse au niveau émotionnel pour les collègues concernés par les renouvellements. Nous nous sommes mobilisés de manière solidaire pour la défense de toutes les situations et avons obtenu de bons résultats. Notre belle victoire en Espagne en particulier, ne doit pas cependant nous faire perdre de vue la situation mondiale. Il reste encore sur l'ensemble des pays une vingtaine de refus tous opérateurs confondus qui risquent de ne pas trouver solution en cette période, et qui continueront à exister chaque année tant que le MENJ ne fera pas l'effort par écrit de garantir le renouvellement du détachement des collègues à l'étranger en renouvellement de contrat.

En outre, nombre de nouveaux détachements se sont vus apposer refus ou restent à la mi juin, période cruciale, sans réponse. Plus d'une trentaine à notre connaissance, procédant de départements aussi divers que le 31, 59, 63, 67, 69, 91, 75, 76, 78, 92, 93, 95, 973...

Nous ne pouvons pas continuer à fonctionner de cette manière pour les années qui viennent. Ce manque de respect des personnels doit cesser une bonne fois pour toutes.

 

Conséquence des derniers refus en date, mais sans doute aussi de la limitation des détachements dans le temps, ainsi que d'une politique maintes fois dénoncée par le SNUipp de suppression de postes d'expatriés dans les pays à contexte politico social plus difficile de l'Afrique Subsaharienne, l'Agence a toujours, entre le premier et le second degré, 48 postes de résidents non pourvus de par le monde à la date du 11 juin, dont 33 en Afrique.

 

À cela s'ajoutent la future réforme de l'Enseignement Français à l'Etranger, qui ne s'annonce pas favorable pour le service public d'éducation ainsi que de nouvelles fermetures de postes planifiées pour le prochain CT du 18 juin, dans le cadre du fameux plan triennal toujours pas arrivé à son terme. De fait, les parents d'élèves du Maroc appellent ce mercredi 12 juin à une journée morte pour protester contre les suppressions de postes de résidents (et la hausse des scolarités): le Maroc est, encore plus que le réseau Espagne (2 suppressions résidents premier et second degré actées encore à Madrid le 10 juin) , affecté par le plan de suppressions...

 

En France, un préavis de grève a été déposé pour le 13 juin par le SNUipp et pour le 17 juin (premier jour des épreuves écrites du baccalauréat) par les syndicats du second degré.

Les délais impartis étaient trop courts pour relayer la grève du 13 à l'étranger. 

Cette mobilisation s'annonce comme très suivie pour dénoncer la réforme de Blanquer et celle sur la fonction publique.

La date choisie montre la gravité de la situation, l'exaspération des personnels face à l’inexistence de réponses de l'administration et le dialogue social à l'arrêt.

  

À l'étranger, le SNES a lui aussi lancé un appel à la mobilisation pour le 17 juin (premier jour des épreuves du Brevet). Le SNUipp-Hors de France s'associe donc à ce mouvement.

  

Connaissant l'investissement de nos adhérents et sympathisants en Espagne qui cette année scolaire ont participé jusqu'à 6 journées de grève, nous relayons ici les préavis déposés couvrant le mouvement et vous laissons le choix de la participation. Réunissez vous avec les camarades du SNES, faites nous remonter via les correspondants locaux vos intentions.

Nous pensons aussi qu'au vu du fonctionnement de cette année, une grande mobilisation au plus tôt dès septembre dans les trois semaines suivant la rentrée scolaire sera nécessaire pour démontrer à l'administration que nous n'oublions rien. La réforme du réseau, retardée quasiment d'une année complète (en cachant certains rapports et faisant large publicité pour certains autres), et dont l'annonce des grandes lignes est maintenant prévue comme par hasard pour l'été, devrait aussi enfin être connue et faire réagir nos collègues.     

  

 

Et n'oubliez pas, il est encore temps de signer ou de faire signer la pétition FSU qui a d'ores et déjà recueilli plus de 1800 signatures : 

 


12/06/2019
0 Poster un commentaire

CCPL recrutés locaux des EGD: la grande entourloupe continue à Valence!

Lire la déclaration liminaire commune SNUipp FSU/ SE UNSA

  

 

Souci de transparence, respect des règles, des classements et des personnels, les propos tenus par la nouvelle responsable académique présidente de la CCPL nous faisaient vraiment plaisir jusqu'à présent. Mais les mauvaises habitudes semblent avoir du mal à disparaître. 

L'annonce du renouvellement de détachement enfin obtenu par une collègue résidente de Barcelone, après grèves et menace de poursuite de mouvement, n'aura guère servi lors de la dernière CCPL à apaiser le ressenti décevant au sujet d'un EGD, dont il avait déjà été beaucoup question à la CCPL antérieure...

 

L'administration de Valence n'aura plus en effet aucun souci avec le respect des classements des contrats locaux enseignants puisqu'elle décide de tout de manière unilatérale, met un veto total sur classement pour poste définitif sur des personnels présents et ayant déjà travaillé dans l'établissement et rendu service. Elle va chercher et classer des recrutés locaux jusqu'en Océanie ou en Amérique Latine, comme si le vivier local n'était pas amplement suffisant... Il faudrait réinstaurer la prime d'installation des recrutés locaux à l'extérieur, les DAF calmeront peut être ainsi certains proviseurs...

 

En outre, la rumeur lâchée par certains élus et vite relayée par quelques naïfs, selon laquelle les organisations syndicales n'auraient que le souci de la défense des titulaires et considèreraient les non titulaires comme des "sous profs" nous fait particulièrement rire jaune. En effet, sur les postes de recrutés locaux les représentants des organisations syndicales françaises élus en CCPL défendent bec et ongles les classements, jusqu'en première position, de non titulaires présents localement au regard de leurs services rendus et leur valeur pédagogique, alors que l'administration de Valence impose systématiquement des titulaires qui ont trouvé grâce à ses yeux en allant les dénicher en France ou à Pétaouchnok après entretien sur Skype... Alors qu'il y a vivier local! On se croirait au Nigéria!

 

Notre politique et nos positions trouvaient antérieurement écho dans toutes les administrations des EGD et a même permis d'ailleurs par le passé le recrutement de certains non titulaires d'expérience issus du réseau des conventionnés et n'ayant même pas encore mis un pied dans les établissements en gestion directe, alors que leurs chances dans d'autres pays sont égales à zéro. Et nous continuons à souhaiter le retour à ce fonctionnement.

 

Fruit d'un vrai dialogue dans la durée, force est de constater que seul l'EGD de Madrid (mais il n'y a pas eu de points de recrutement à discuter sur Barcelone), sur cette commission, accepte de prendre en compte toutes les situations (en n'étant pas tout à fait d'accord avec nos propositions et avec un ou deux couacs dans les positionnements, il est vrai) et alterne dans son classement titulaires et non titulaires, mais exerçant tous dans l'établissement et/ou effectivement présents localement et en activité en Espagne.   

 

On peut donc imaginer l'énervement de nos représentantes en CCPL au sujet de la très particulière politique du LF Valence sur le recrutement des enseignants en contrat local. Et même si le vote sur autres catégories de personnels (surveillants...) s'est plutôt bien passé, et même si, au moins, comme dit, le dialogue existe à Madrid, les commissaires paritaires SNUipp sont sorties de la commission, à l'issue des débats habituels, avec forte sensation de duperie administrative sous le teepee du grand chef valencien, de "fait du prince" sous le regard de l'administration de tutelle qui semblait avoir oublié les promesses de transparence au nom du respect d'on ne sait quel particularisme? local...

 


06/06/2019
0 Poster un commentaire

Levée du préavis de grève à Barcelone

Notre collègue de Barcelone ayant obtenu son renouvellement de détachement, à la satisfaction générale pour l'Espagne puisque tous les renouvellements pour la rentrée 2019 ont maintenant reçu accord, après les mouvements très suivis et les semaines d'attente, le SNUipp FSU lève le préavis de grève à Barcelone pour la journée du 6 juin.  L'action continue à payer, à Barcelone, à Milan...même si malheureusement il reste encore de par le monde des dossiers non résolus, et que certains établissements poursuivent mouvement sur journées du baccalauréat, les dates devenant de plus en plus critiques.

 

Ceci dit, la levée de ce préavis ne fera pas l'objet d'un communiqué spécial ni de remerciements particulièrement dithyrambiques... car c'est par les réseaux sociaux, et seulement par cette voie, que le SNUipp a eu connaissance de la bonne nouvelle, et que le dépôt de préavis de sa part, largement ignoré aussi dans les médias et par des parents d'élèves barcelonais pro mobilité qui ne savent pas ce qu'est la FSU, n'a même pas donné lieu à accusé de réception du SCAC. Il est vrai que le premier degré ne dispose pas de l'argument des journées du baccalauréat, et que sur ce plan, les collègues du SNES FSU (syndicat seul représentant des personnels à la CCPL au second degré en Espagne), que nous remercions très chaleureusement, ont joué un rôle essentiel...

 

 


05/06/2019
0 Poster un commentaire

Tous en grève à Barcelone le 6 juin !

Après une grève suivie de manière très unitaire par nos collègues de Barcelone le 23 mai:

100% des résidents en grève au premier degré et 68% des contrats locaux

83% des résidents et 50% des contrats locaux en grève au second degré,

grève suivie de motion, de courriers aux élus et d'actions mobilisatrices de type "casserolades" qui ont fait résonner les murs du Lycée Français de Barcelone, force est de constater que rien ne semble bouger pour notre collègue du premier degré originaire du 93 qui attend toujours son éventuel renouvellement de détachement.

 

 

Cette situation nous semble particulièrement injuste: il reste une grosse vingtaine* de dossiers en souffrance pour ce qui est des renouvellements à l'opérateur public et les partenaires privés, cette bride sur le cou laissée au 93 détonne quand on sait que sur d'autres départements, le cabinet du ministre est intervenu pour forcer la main des IA DASEN, et faire respecter les engagements pris suite à la parution de la note de service du BOEN du 13 septembre 2018. Par ailleurs, notre collègue de Barcelone est la seule en Espagne à ne pas être ce jour renouvelée.

Le SNUipp Espagne et le SNES Espagne déposent donc préavis de grève sur le Lycée de Barcelone pour le jeudi 6 juin 2019, journée des épreuves de lettres du baccalauréat.

 

 

Nous continuons à demander pour le réseau d’enseignement français à l’étranger:

 

  • le renouvellement de détachement pour les enseignants déjà en poste qui voient leur contrat renouvelé;

  • l’arrêt des refus de détachement pour les personnels nouvellement recrutés sur des postes vacants, pouvant conduire au gel de ces postes voire à leur fermeture ;

  • le retour à une garantie d’emploi pour les personnels installés durablement dans les pays, passant par l’abandon de la limitation du détachement dans le temps.

 

 Lire le préavis de grève déposé par le SNUipp FSU et le SNUipp FSU

    

*En marge du mouvement, nous avons le plaisir de pouvoir annoncer que la collègue détachée directement en Catalogne à l'établissement privé de Gava Bonsoleil et dont nous suivions de près le dossier a vu son détachement renouvelé... par le 93! 

 

 


30/05/2019
0 Poster un commentaire