Snuipp Espagne

Snuipp Espagne

Cartables


Les Universités d’Automne - UDA 2018 : pour reprendre notre métier en main !

Pour la 18ème année consécutive, les UDA du SNUipp ont réuni plus de 350 participants venant de 57 départements français, mais aussi des Lycées français d'Allemagne et d'Espagne.

Cette année encore, des collègues de Madrid, Bilbao et Barcelone ont répondu présents.

 

L'équipe des collègues représentant les Lycées Français à l'étranger aux UDA 2018

 

Les UDA ont, une fois encore, été victimes de leur succès puisqu’en une seule journée les inscriptions étaient closes, pointant du doigt les besoins criants des collègues, en France comme ailleurs, de continuer à se former et de pouvoir croiser leurs pratiques de classe avec les travaux menés par les chercheurs.

 

Les UDA c'est avant tout, un temps précieux de pause et de mise à distance avec notre classe, notre école, pour rencontrer des collègues, partager et échanger sur nos pratiques et nos réalités quotidiennes.

C'est aussi pour nous, collègues exerçant à l'étranger, un moment pour reprendre contact avec la réalité de la France.

Cette année, au sein des conférences et des débats qui en ont découlé, il a largement été question des évaluations CP/CE1 et des injonctions du ministre.

Les chercheurs présents (tels que R. Brissiaud, S. Cèbe, E. Chirouter, D. Paget, E. Saujat et S. Plane ) ont tenu des discours engagés et solidement argumentés (loin des discours creux et vides de toute réflexion pédagogique de certains IEN en poste en France comme à l'étranger) pour que les enseignants puissent " faire bien leur travail [c'est à dire] le faire d'une façon qu'[ils] puissent s'y reconnaître." (Denis Paget, UDA 2018)

 

Dans un prochain numéro de Fenêtre sur Cours vous pourrez lire plus en détails les comptes rendus de toutes les conférences des UDA 2018, mais en attendant, vous pouvez suivre les moments clés de ces conférences sur le Tweet du SNUipp dans lesquels Denis Paget nous rappelle que :

 

"Nous sommes une force à condition que nous en prenions conscience.

 

Vous avez du pouvoir, il faut s'en saisir !"

 

 

 

 

 

Nathalie Salas, Claire Ducruet, Eric De Haro et Claire Brezot, collègues d'Espagne présents aux UDA 2018

 

 


26/10/2018
0 Poster un commentaire

Lycée Français de Barcelone: nouvelle saisissante

Lors de son entrevue avec les directeurs de cycle 1 et de cycle 2 et 3 du Lycée Français de Barcelone de ce mercredi 17 octobre, le SNUipp Espagne, accompagné du SNUipp HDF, s'est vu confirmer que toutes options ont été laissées à l'équipe, dont celle de ne pas saisir les résultats des évaluations CP/CE1, ce qui correspond à notre consigne syndicale.  Il a semble-t-il été fait preuve de largesse d'esprit. Sur décision collective, ce sont donc les quatre membres de l'équipe de la vie scolaire qui saisissent les résultats des évaluations des 13 classes concernées. Nous leur souhaitons tout de même bon courage, une classe représentant au minimum une dizaine d'heures de saisie, 13 classes, 130 heures.  Tout cela pour une production finale dont personne ne sait vraiment ce qu'il pourra tirer d'utile pour sa remédiation classe, et malgré le fait aussi que l'outil de saisie diffère de celui du national ...

 

Quant à l'outil national, il doit être vraiment magique, puisque le ministre Blanquer dispose déjà de résultats qu'il filtre à la presse, alors que la saisie en France est encore en cours... Cela doit être la quintessence de la méthode de ce ministre si particulier et de ce gouvernement qui veulent à toute force démontrer qu'ils ont raison, les conclusions étant écrites avant même que les données soient enregistrées, un peu comme la réforme du réseau AEFE et la consultation Cazebonne... 

 

Pour revenir à la saisie en Espagne, si vous êtes encore perdu(e) devant votre ordinateur, obligé de saisir tout(e) seul(e)  et si vous vous interrogez sur le temps que vous allez passer devant l'écran .... muni de notre consigne et de la nouvelle du dispositif du Lycée Français de Barcelone, nous vous encourageons donc, en groupe si besoin, à aller porter vos livrets CP/CE1 au bureau de votre directeur/trice, éventuellement chef/cheffe d'établissement... afin qu'il ou elle trouve de courageux volontaires ! 

 


17/10/2018
0 Poster un commentaire

Evaluations CP/CE1: la farce se poursuit

Les témoignages se multiplient en France d'enseignants révoltés contre des évaluations CP CE1, pour certains exercices, inadaptées aux niveaux , chronophages, incompréhensibles. Le site du SNUipp National vient de publier à nouveau un article sur ce sujet :

https://www.snuipp.fr/actualites/posts/evaluations-cp-ce1-vous-saisissez-m-le-ministre

 

En Espagne, les collègues ayant su prendre du recul et n'ayant pas réagi avec l'enthousiasme attendu des bons petits soldats, témoignent également et nous ont fait remonter leurs sentiments sur des évaluations, ressemblant, et ce n'est pas une surprise, à ceux exprimés par nos collègues de France:

 

  • temps prévu pour chaque livret 20 mn - temps effectif de passation si volonté de “mise en confiance” 1h30, donc impossible de respecter le protocole prévu
  • exercices non adaptés aux niveaux et mélangeant les compétences à évaluer
  • exercices non adaptés à des élèves hispanophones pour qui le français est langue de scolarisation
  • évaluations trop longues et parfois stressantes
  • présentation inadaptée à des élèves à besoins particuliers
  • sous des formes inconnues des élèves de cet âge (QCM)
  • Maths : 1 exercice sur 9 pertinent pour des enfants de cet âge
  • Lecture : 4 sur 10 sont pertinents, certains exercices mettant les enfants en difficulté alors qu’il pourrait tout à fait être à la portée de cette tranche d’âge

Le SNUipp-FSU national met en avant que, du fait de nombreux biais, les résultats seront peu fiables et non exploitables. En effet, dans de nombreuses classes, comme en Espagne le protocole de passation n'a pas pu être respecté pour ne pas placer les élèves en situation d'échec et ne pas entamer le nécessaire travail de confiance initié par les maîtres et maîtresses dans leur classe. Il rappelle la pertinence de deux types d'évaluations, celle pratiquée quotidiennement par les enseignants au cours des apprentissages et celle du système scolaire pratiquée par échantillonnages de manière beaucoup plus fiable et moins coûteuse.

 

L'équipe du Cycle 2 du Lycée Français de Madrid a choisi de ne pas faire passer ces évaluations. Le SNUipp Espagne la soutient.

 

Ailleurs, des collègues qui ont tout de même fait passer ces évaluations se heurtent à des problèmes de saisie, manifestent leur exaspération  et témoignent:

Certains courriels parlent de "maltraitance" aux enseignants. De véritable "cauchemar". D'autres parlent d'une saisie pouvant durer, selon les compétences des collègues face à un écran, de 10h à plus de 20h.  Par ailleurs, les collègues ne comprennent absolument pas quelle remédiation sortira de cette saisie, car ils n'en comprennent absolument pas le but.

 

Le SNUipp, outre son soutien apporté à Madrid, soutient également tous les collègues qui choisiront de ne pas opérer la saisie. Il vient de l'exprimer dans une lettre adressée à l'IEN Zone Europe Ibérique, dont tous ses adhérents ont reçu copie. Cette lettre a été transmise au Service Pédagogique de l'AEFE par notre Secteur Hors de France.

 

Le SNUipp Espagne, face à cette farce et cette absence d'explications, face à cette volonté de faire passer en force des réformes et des batteries d'évaluations incomprises par la communauté éducative ne peut maintenant que relayer le mot d'ordre du SNUipp national  A NE PAS SAISIR LES RESULTATS DES ELEVES.  

 

DEPOSEZ VOS CAHIERS SUR LES BUREAUX DES DIRECTEURS,

ET QUE LES EQUIPES D'ENCADREMENT SI ENTHOUSIASTES LES RENTRENT ELLES-MÊMES !

 

 


16/10/2018
0 Poster un commentaire

EVALUATIONS CP - CE1: une et une font stress... et zéro utilité...

Comment parler d’attitude bienveillante et de mise en confiance des élèves dans le cadre de leur scolarité, quand dès les premières semaines de classes voilà les plus jeunes d’entre eux déjà soumis à des situations d’évaluations anxiogènes, voire non explicites pour la plupart d’entre eux ?

En effet après avoir découvert les outils mis à notre disposition pour faire passer ces évaluations, quelle n’est pas notre stupeur en constatant que nombreux seront les élèves qui auront bien du mal à prendre ça à la légère !

 

L’objectif national serait de relever le niveau de compréhension de nos futures générations de lecteurs... et voilà que dès les premières semaines d’apprentissage nous les mettons face à des batteries d’exercices non concus ni revisés par les équipes, déconnectées de nos vies de classe et arborant des difficultés d’utilisation de l’outils (repérage des exercices non délimités dans l’espace page, surcharge visuelle des pages d’exercices), sans compter les nombreux « pièges » apparaissant au fil des exercices (vocabulaire inapproprié à des enfants de 6-7 ans, groupes de mots phonétiquement proches, lecture de « non-mots »…), et le chronométrage (annoncé dans les consignes) des temps d’exécution.

 

Bien des collègues se posent déjà la question : « À quoi cela va-t-il nous servir ? » puisque nous seront dépossédés de l’analyse même des résultats de nos élèves et que les solutions qui nous seront soumises ne tiendront certainement pas compte des réalités du terrain, encore plus à l’étranger qu’ailleurs.

 

Nous refusons d’agir comme de simples exécutants et de soumettre nos élèves à dispositifs dénués de tout sens pour leur apprentissage.

Avant de lancer ces évaluations, en urgence posons-nous le problème en équipe afin de choisir la meilleure marche à suivre.

 

Pour nous aider dans notre réflexion le SNUipp, dans son article « Évaluations : l’échec programmé », nous apporte :

 

 

 

Nous devons rencontrer la COCAC ce mardi, et l’IEN la semaine prochaine, occasions au cours desquelles nous ne manquerons pas de soulever à nouveau ce problème et défendre les positions qui auront été les vôtres sur le terrain.

 

 

 


16/09/2018
2 Poster un commentaire