Snuipp Espagne

Snuipp Espagne

Face à l'entêtement de l'Etat, une seule réponse: grève reconductible !

Face à l’urgence sociale qui se manifeste depuis deux mois dans les rues de toute la France, et suite à l’annonce de la grève interprofessionnelle et de la manifestation du mardi 5 février 2019, nous ne pouvons que constater qu’un gouvernement de plus en plus sourd passe son temps lors d’un prétendu “grand débat” à répondre en boucle aux questions qu’il se pose à lui même.

 

Les enseignants du réseau Espagne se déclarent en outre particulièrement préoccupés par les images dernièrement transmises internationalement d’une dure répression des manifestations restant dans leur grande majorité pacifiques. Le vrai dialogue et la négociation doivent être réinstaurés.

 

Tous les choix qui sont imposés actuellement, lente décomposition de notre réseau d'enseignement public à l'étranger incluse, le sont pour des raisons budgétaires: l'Etat se retire de partout pour financer ses  cadeaux fiscaux aux plus riches et aux entreprises du CAC 40. L'Etat n'est pas le Père Noel, nous dit on, et les méchants assistés réfractaires à tout sont priés de se débrouiller tout seuls en traversant la rue pour trouver un emploi. Bref, le libéralisme dans toute sa splendeur.  Mais d'autres orientations sont possibles.  La République ne se gère pas comme une startup ! Ni comme une boîte de "gorilles" de sécurité privée !

  

Nous demandons en France:

  •  une augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux ;
  • une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu lui conférant une plus grande progressivité afin d’alléger le poids de l’impôt indirect,  pénalisant les salariés et les ménages, le paiement des impôts en France de grandes sociétés (ex. : GAFA), une imposition plus forte des plus hauts revenus et de la détention de capital ;
  • la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, et exonérations diverses, etc.) qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif et mettent à mal notre protection sociale ;
  • le développement des services publics, partout sur le territoire français, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions ;
  • le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester remis en cause par le gouvernement.

Nous demandons en outre pour le réseau d’enseignement français à l’étranger:

  • l’arrêt immédiat de la vague de suppression de postes d’enseignants résidents en cours, qui affecte le budget des établissements, les scolarités, et prive tous les collègues titulaires d’opportunités de recrutement;
  • le retour à une garantie d’emploi pour les personnels installés durablement dans les pays, passant par l’abandon de la limitation du détachement dans le temps;
  • l’arrêt de la privatisation en cours conduisant à la transformation de notre réseau d’établissements sous contrats publics en réseau d’établissement partenaires privés, voire à leur cession pure et simple, comme on a vu à Saint Pétersbourg avec les conséquences désastreuses que l’on connaìt déjà.

Nous déposons donc un préavis de grève dans tous les établissements français d’Espagne pour les journées du 5 février, du 6 février, du 7 février, du 8 février, du 11 février, du 12 février, et du 13 février, jour du CT à l’Agence à Paris et du “grand débat” proposé à Madrid.

 

La France a les moyens de rétablir la justice sociale, de vrais services publics et de servir son ambition d’un réseau d’enseignement français de qualité à l’étranger, à condition de décider une autre répartition des richesses produites.

 

appel du SNUipp national

 

préavis du SNUipp Espagne

 

préavis du Secteur Hors de France

 



31/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres