Snuipp Espagne

Snuipp Espagne

Section Espagne


Les cuisiniers du libéralisme sans idées ni moyens ouvrent de vieilles boîtes...

Au chapitre des "grands" travaux parlementaires passés inaperçus dans le trou noir de l'été 2018 mais qui n'en sont pas moins dangereux, voici le rapport des députées Cécile Rilhac (LREM) et Valérie Bazin-Malgras (LR) qui propose de regrouper en France écoles maternelles et élémentaires et de placer à leur tête des « super directeurs » rattachés aux collèges. Rapport "flash" de 25 pages (écrit en gros caractères et de larges interlignes, hein, elles ont dû penser à nos collègues les plus âgés) émis à la suite de diverses auditions et dont franchement tout laisse à penser qu'il était rédigé à l'avance...

 

Lire l'article bref du café pédagogique et l'intégralité du rapport

 

Selon les deux rapporteurs, l'introduction de la scolarité obligatoire dès trois ans, annoncée en mars avec roulements de tambours par Macron et Blanquer,  rendrait « obsolète » la distinction entre maternelle et élémentaire. Elles réclament « un seul directeur pour l'ensemble primaire » (maternelle et élémentaire).

 

Nos deux inventrices du fil à couper le beurre, partant d'un diagnostic des problèmes réels (« Le directeur d'école est psychologue, plombier, infirmier, assistant social, déménageur, homme et femme de ménage, surveillant, conseiller conjugal, portier, standardiste, formateur... ironisait la députée LREM Agnès Thill, lors de la présentation du rapport), proposent donc comme solution à ceux ci, en ayant fouillé sans doute dans la boîte aux décrets non aboutis, le retour aux EPEP (Etablissements publics du premier degré)... et aux maîtres directeurs avec autorité hiérarchique sur leurs collègues... Les cuisiniers du libéralisme sans idées ni moyens ouvrent de vieilles boites...

 

Les nouveaux super directeurs, totalement déchargés seraient moins nombreux, mais mieux payés. Ces "super chefs" seraient affectés dans des écoles regroupées de dix classes et plus, et seraient totalement déchargés de classe pour pouvoir se concentrer sur « le projet pédagogique de l'école et le suivi des élèves » afin de  «permettre à nos écoles primaires de bien fonctionner, dans une logique de performance ». Cela rappellera quelque chose à nos collègues de l'étranger, qui sont habitués à l'efficacité pédagogique redoutable (du moins pour ce qui est des collègues directeurs) et à la verticalité de ce système... Il est vrai que notre réseau a toujours été un formidable champ d'expérientation... avec d'autres élèves que dans le 93, bien sûr... D'ailleurs les députées, outre une petite brochette de directeurs entendus à Troyes et à Joué-les-Tours ont auditionné le directeur de ...Sofia ! (Bulgarie). Mais que diable venait-il faire dans cette galère?

 

Le rapport suggère de regrouper les petites écoles par « bassin de vie ». Et de « mettre les écoles en réseau avec le collège de leur secteur », une piste envisagée par le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. « Le collège pourrait être placé à la tête d'un réseau rassemblant les écoles du secteur, les directeurs de ces écoles étant les directeurs adjoints du principal », écrivent les députées.

 

Bref, à des vrais problèmes, de fausses bonnes solutions, qui permettront surtout de faire tout plein d'économies! Ce qui tombe bien quand le budget s'annonce plus austère que prévu encore... Au lieu d'augmenter moyens et décharges* des directeurs, on propose de concentrer celles ci sur les "super chefs" en beaucoup plus petit nombre,  à 100 % à partir de dix classes. Sur les 45.000 directeurs actuels, seuls 20 % d'entre eux pourraient prétendre au titre de "vrai" directeur déchargé, accessible par concours ou par validation des acquis de l'expérience. Avec l'attrait d'un meilleur salaire et surtout, du pouvoir hiérarchique appuyé par le principal de collège! Là encore, cela vous dit quelque chose? On en connaît certains qui salivent déjà...

 

Les "faux" directeurs qui ne bénéficieraient pas de décharge complète pourraient s'occuper des élèves sans être en charge d'une classe permanente, par exemple en organisant des ateliers avec les élèves, en remplaçant les enseignants absents ou en devenant directeurs du périscolaire pour le compte de la mairie. Cerise sur le gâteau, ils pourraient aussi faire appel à des entreprises pour déléguer des tâches administratives au titre du « mécénat de compétences », selon les propositions de Valérie Bazin-Malgras.

 

Le rapport, derrière lequel on sent bien l'impératif besoin de fermer le robinet des crédits, préconise donc aussi de diminuer le nombre des petites écoles et veut éliminer physiquement l'école maternelle. Le maître mot devient concentration car bien évidemment "l'éparpillement des écoles a un coût budgétaire".  Et revoilà de retour, comme en 2007 et sans concertation aucune, méthode chère à LREM, le serpent de mer du projet des  EPEP regroupant des écoles maternelles et élémentaires, visant au nom de la rentabilité à supprimer les écoles dans toutes les petites communes...  Et un rapport de commande de plus... Suppressions de postes, uniformisation des pratiques au détriment de la liberté pédagogique, renforcement de la hiérarchie, mise en concurrence à prévoir de ces écoles concentrées voire concentrationnaires, nous sommes bien en Macronie sous Blanquer 1er. Et une fois qu'on aura bien concentré, il ne restera plus qu'à transférer les compétences à la région ou mieux à privatiser, tiens, comme cela pend maintenant au nez de notre réseau! 

 

    

*Les décharges vont aujourd'hui de quelques jours par an à une décharge totale pour une école de 13 classes (en maternelle) et de 14 classes (en élémentaire). Sauf à Paris, où la Ville finance la décharge totale des directeurs.

 

sources: article paru dans "Les Echos", article du Café Pédagogique, rapport  "Mission flash sur les directeurs d'école"

 

 

 


26/08/2018
1 Poster un commentaire

Rapport d'activité SNUIpp-FSU Espagne

Vous trouverez ci-dessous le rapport d'activité du secrétariat Espagne du SNUIpp-FSU.

 

Nos objectifs au jour le jour, comme l'an dernier, ont été d'informer les collègues syndiqués ou non, de répondre à leurs questions et de servir de liaison avec le Secteur Hors de France du SNUIpp-FSU.

Nous avons aussi tenu à rencontrer les collègues dans leurs établissements en organisant de nombreuses réunions d'information syndicale avec un point d'orgue, la visite de la co- Secrétaire Générale du SNUIpp-FSU, Francette Popineau au LF de Madrid et au LF de Barcelone.

 

Nous avons aussi siégé dans les instances (CCPL, CCB, Conseils d'établissements) et participé à des réunions avec nos autorités de tutelle avec un seul but : défendre les personnels et le réseau des établissements français de l'étranger, et éviter la mise en pièces programmée d'une offre éducative qui fonctionne, quoi qu'on en dise...  

 

Nous savons bien que la situation actuelle vous préoccupe tous. C'est pourquoi plus que jamais, il est primordial de vous syndiquer afin que notre parole et nos revendications soient entendues.

Tout ce travail n'est possible qu'avec du temps et de l'énergie; deux éléments que nous procurent vos adhésions et votre soutien.

 

Nous devons nous féliciter d'avoir encore fait grandir notre section Espagne avec plus de 115 syndiqués à ce jourplus grande section du hors de France et une des sections les plus importantes du SNUIpp-FSU, tous départements français compris.

 

Section Espagne 2018/2019 

 

Après trois années au secrétariat Espagne, Bruno Ribard continuera le combat syndical au Secteur HDF à Paris l'an prochain tout en gardant un "pied" en classe en Espagne à Villanueva de la Cañada. 

 

Jean-Michel Chassagne avait annoncé son départ en tant que co-secrétaire. Après appels à candidature, nous n'avions plus qu'une nouvelle secrétaire Espagne sur Madrid, Claire Brézot. Jean Michel Chassagne, après avoir consulté la collègue et notre secrétaire générale Francette Popineau, reprend donc du service pour une année.  Le co-secrétariat de la section Espagne sera donc assuré en 2018/2019 par Claire Brézot et Jean Michel Chassagne. 

 

A Madrid, nous souhaitons la bienvenue au bureau à Carole Rifflet, qui remplace Elisabeth Montastier que nous remercions très chaleureusement pour tout le travail syndical abattu jusqu'à présent et qui a besoin de souffler un peu... Carole travaillera en compagnie de Nathalie Salas qui reste sur le pont.

 

Bienvenue aussi dans le travail d'accompagnement des collègues à Cyrielle Lemarre qui prend le relais de Bruno en assurant la correspondance syndicale à Molière Villanueva de la Cañada.

 

Le reste de nos responsables de sections locales demeure à priori inchangé.

 

Claire Ducruet, pour sa part, à Barcelone continue d'assurer la gestion et le suivi de la syndicalisation et travaille la main dans la main avec Carole Labeyrie pour la défense de tous les collègues.

 

Après de longues années de combat syndical, Rémi Carrat entamera sa dernière année de présence pour tous à Valence où il prépare sa succession.

 

Eric de Haro tient ferme à Bilbao où il pratique syndicalisme de dialogue mais sait éviter les chausse-trappes.

 

Elisabeth Fargeas et Agnès Pousse poursuivent leur lutte quotidienne dans un Lycée d'Alicante de plus en plus fragilisé par l'administration de tutelle, en espérant qu'il restera français...avec d'ores et déjà un poste de résident fermé en cette fin d'année.

 

Nos correspondants dans les autres établissements restent les mêmes aussi: Jonathan Firth à MalagaFabrice Sylvestre à Murcie, Mireille Quinzelaire à Santacruz de Tenerife, Yannick Krzak à Valladolid et Anne Ursulet dans le contexte actuel difficile du collège d'Ibiza (mais on espère que les choses pourront aller mieux l'an prochain).

 

Nous tenons à remercier tous ces collègues qui investissent du temps et de l'énergie au service de la défense de tous. Tous ceux qui souhaiteraient prendre leur part dans les luttes futures sont les bienvenus.

 


20/06/2018
0 Poster un commentaire

Nos correspondants en Espagne

Nos correspondants et contacts en Espagne

 

logo-Barcelone.png

Claire Ducruet, Carole Labeyrie snuippbarcelone@gmail.com

 

logo-Bilbao.png

Eric de Haro eric_deharo@yahoo.com


logo-Madrid.png

Nathalie Salas, Carole Rifflet, Thomas Guyon snuipp.madrid@gmail.com
logo-Malaga.png

Ana Hermmelé anahermmele@yahoo.fr
logo-Valence.png

Rémi Carrat remicarrat@hotmail.es
logo-Villanueva.png

Cyrielle Lemarre snuipp.villanueva@gmail.com


09/11/2016
0 Poster un commentaire